Blog

music shot #2

« La musique et moi, c’est pour la vie. J’en ferais jusqu’à ma mort. C’est ma raison d’être : travailler et explorer. » (Kate Bush)

Après l’ambiance Brésilienne de la semaine dernière et les danses langoureuses sur fond de Bossa Nova, le music shot de cette semaine est consacré à Kate Bush.

De cette merveilleuse artiste je ne connaissais que les morceaux « Wuthering Heights », « Running up that hill », « Babooshka » et « Don’t give up », comme la plupart d’entre nous j’imagine. J’ai toujours beaucoup aimé cette artiste à la voix si singulière, exceptionnellement suraïgue et identifiable entre mille mais ce que je découvre à son sujet dans un magistral documentaire intitulé « Kate Bush, la sorcière du son » diffusé par Arte et réalisé par Claire Laborey est tout simplement impressionnant. Il raconte les débuts de cette chanteuse au talent si immense. Je suis captivée et la vue de ce documentaire me donne tout simplement envie d’écouter tous ses albums et tous ses morceaux.

L’étendue de son œuvre et de son talent sont impressionnants. Non seulement Kate Bush est une chanteuse hors du commun mais elle est aussi une incroyable musicienne et performeuse avant-gardiste.

Dans ce documentaire on apprend entre autre qu’elle est une enfant prodige de la musique. Découverte à 14 ans par un copain d’école de son frère qui n’est autre que Dave Gilmour, guitariste des Pink Floyd, elle sera signée plus tard chez EMI qui lui laissera 2 ans d’apprentissage pour sortir son premier album en 1978. Acceptée dans la classe de Lindsay Kemp, qui la fascine,  elle prend des cours de danse, de mime, de chant, écrit des chansons, compose de la musique. Elle veut sortir « Wuthering Heights » en premier single et cela sera une bataille sans merci avec sa maison de disque pour leur faire accepter. Ce morceau est un triomphe phénoménal et son premier album se vendra à plus d’un million d’exemplaires. Elle a tout juste 20 ans.

Son spectacle « the tour of life » est un spectacle visionnaire qu’elle met 6 mois à monter et elle sera l’inventrice de l’innovation technologique du micro-casque. Elle est également une des première à utiliser le sampler pour « inventer » ce son de verre brisé dans « Babooshka » et elle voit dans cet instrument les prémisses de la musique du futur. Après son succès planétaire fulgurent et quelques dizaines d’albums plus tard elle s’éclipse pendant 12 ans pour vivre une nouvelle vie. Ce n’est que 2014 qu’elle remonte sur scène pour un spectacle unique.

Ce documentaire est magnifique et Kate Bush une très grande artiste.

" And how we’d wished to live in the sensual world. You don’t need words, just one kiss, then another ".

POUR ECOUTER LA PLAYLIST MUSIC SHOT #2
PHOTOGRAPHE GERED MANKOWITZ- DR

LISTE DES MORCEAUX

1. THE SENSUAL WORLD – THE SENSUAL WORLD
2. SYMPHONY IN BLUE – LIONHEART
3. MOVING – THE KICK INSIDE
4. BLOW AWAY – NEVER FOR EVER
5. KING OF THE MOUNTAIN – AERIAL
6. HOUDS OF LOVE – HOUNDS OF LOVE
7. WOW – LIONHEART

" Kate Bush, la sorcière du son" de Claire Laborey pour Arte

Write a comment