Blog

DEFILE HOMME LOUIS VUITTON FW19-20

S’il est un événement de la Fashion Planète qui sera désormais inscrit dans toutes les mémoires et dans tous les livres « d’Histoire » de la Mode c’est bien le dernier défilé homme Automne-Hiver 2019-2020 de Louis Vuitton. Si Kim Jones, que j’adore, avait déjà réussit un véritable tour de force au sein de la Maison lorsqu’il en était le Directeur Artistique, en mélangeant la Street Culture au luxe, Virgil Abloh pour sa deuxième collection a réalisé un coup magistral.

Photo TOMMY TON 2009 Paris Fashion Week

Pourquoi ce défilé restera t’il dans les annales et pourquoi il faut l’avoir vu (au moins en vidéo pour les « non élus ») ? Et surtout pourquoi je l’ai adoré ? Tout d’abord, car Michael Jackson, le roi de la Pop en était la principale source d’inspiration. Et je ne souhaite absolument pas aborder le documentaire le concernant dans cet article.

Les heureux « élus » ont reçu en guise d’invitation ce gant inspiré de celui de la Pop Star sur lequel Virgil avait écrit un poème : “See the thing there is only one. There was only one. Not me but you. Us. There was only one us”.

Puis le décor, un coin de rue fréquenté de New York entre Rivington et Luddow. Moi qui suis une amoureuse inconditionnelle de la Big Apple et qui ai eu la chance d’y habiter, cela s’appelle “planter le décor”. Petit clin d’œil également concernant les dalles lumineuses rappelant très fortement le clip Billie Jean de la star. Jusque là il ne faut pas être spécialement calé en mode ou en musique pour faire le rapprochement.

Certains vêtements également comme cette fameuse chemise blanche portée ouverte sur un t-shirt blanc ou cette chemise noire transparente avec un genre de velours dévoré noir imprimé. Bref vous l’aurez compris l’hommage est marqué mais la patte créative de Virgil et son imagination bouillonnante ont élégamment su s’en distancié. 

Les pièces sont belles, des camaïeux de beige, des tonalités organiques, des imprimés étoiles, des imprimés hommages et clins d’œil à “The Wiz” la version “black” du “Magicien d’Oz” dont MJ a été le principal protagoniste, des couleurs vives, des manteaux longs, le speedy revisité 2.0. Les silhouettes résolument  urbaines mais chics. Modernité et structure certainement acquises par Virgil lors de son Master en Architecture issu d’un cursus crée par Mies Van Der Rohe. La boucle est bouclée.

Images IMAXTREE
Images IMAXTREE
Images IMAXTREE
Images Getty Images
Images Getty Images

Durant le show Futura, un des pionners du graffiti New Yorkais des années 70 et un des premiers artistes à avoir mélanger graffiti et expressionnisme abstrait posait sa signature pour notre plus grand bonheur. Celui qui a joué un rôle déterminant dans le passage du graffiti des murs de la rue à celui des galeries.

Futura 2000 durant le défilé
Futura

En enfin la musique … LA MUSIQUE. Benji B désigné comme chef d’orchestre je ne peux être qu’au paradis. Benjamin dont je pourrais littéralement écrire un roman tellement j’aime ce qu’il fait. J’ai toujours pensé qu’on apprenait beaucoup de quelqu’un en regardant sa bibliothèque ou sa discothèque. Et tant les choix musicaux et littéraires en disent généralement long sur cette personne. Officiant tous les mercredis sur BBC Radio 1 il présente la musique comme personne. Pour le coup, j’adore l’écouter parler de musique. Discret personnage il a également collaboré auprès de la toute aussi discrète et talentueuse Phoebe Philo lorsqu’elle officiait chez Céline avec un é.

Ambiance jazzy sensuelle donc pour cette bande son « You know what’s good » composée par Devonté « Dev » Hynes, également au synthé et à la voix, Ianisah dont le Makossa n’est pas sans me rappeler celui de Manu Dibongo génialement revisité et langoureusement modernisé, Jason RC au saxophone et Mikey Freedom Hart. Mais quelle merveille sonore.

Wanna be starting something ? Virgil, pour moi tu as définitivement démarré quelque chose de grand.

Write a comment