Blog

ALIX DE MOUSSAC – LINGERIE LA NOUVELLE

Porter de la belle lingerie, ce n’est pas comme porter un beau manteau ou une belle robe. La lingerie, on ne la voit pas et pourtant …. Même vêtue d’un jean et d’un t-shirt, combien de fois nous est-il arrivé de nous sentir attrayante tout simplement parce que l’on portait des sous-vêtements sexy ? Destinée à nos hommes, je vous assure que porter de la belle lingerie engendre un changement d’attitude insoupçonné. C’est avant tout un plaisir personnel avec cette idée de confiance qu’elle confère et la puissance de se sentir désirable à tout moment. Et rien n’attire plus le regard d’un homme qu’une femme qui se sent belle. Le contact avec la matière est sensuel, la dentelle souligne une courbe, Parfois dévoilée, une bretelle sur une épaule, ou en transparence la lingerie reprend alors le dessus !

Mon coup de cœur cette saison (et pour toutes les saisons passées et à venir !)  revient à la lingerie La Nouvelle avec un esprit romantique twisté rock’n’roll attitude dans l’air du temps. Du lurex, de la brillance, de la couleur, de la douceur, du doré … Tout ce que l’on aime. Joliment fait sans une once de vulgarité.

C’est pour ces raisons, parce ses créations sont romantiques mais audacieuses, que les pièces sont confortables et qu’elles mettent en valeur nos morphologies mais aussi parce qu’Alix est une de mes amies les plus précieuses que j’avais envie de démarrer ma nouvelle rubrique « Portraits » avec elle.

Alix, pour ceux qui la connaisse, a un sacré sens de l’humour et je crois que c’est en partie grâce à cela que nous sommes devenues amies. Admirative de qui elle est et de son immense talent cette interview est pour moi une occasion de vous la présenter et de parler de sa nouvelle collection lingerie et beachwear Printemps-Eté 2020 « Cœur grenadine ».

Styliste-illustratrice Alix a collaboré avec le magazine Vogue ou encore le créateur Paco Rabanne chez qui elle a fait ses armes. Parisienne d’origine elle pose ses valises à Marseille chez Garella en tant que Directrice de collection. Elle a 23 ans. C’est là que nous nous rencontrons. C’est un coup de cœur amical. En 2006, rattrapée par son amour pour la lingerie elle décide de fonder sa marque éponyme. En 2014, elle s’associe à Aurélie Grandemenge et fonde La Nouvelle. Deux profils complémentaires et une furieuse envie de porter ce joli projet. Tantôt romantique, tantôt sexy et espiègle, Alix puise son inspiration des icônes des années 70, « de l’ambiance évanescente d’un Virgin Suicide, de la douce voix rocailleuse de Nico, de la candeur rock de Marianne Faithfull, des textes de Serge Gainsbourg fredonnés par Jane B. ». Mon amie a du goût c’est sûr. Cette nouvelle collection Printemps-Eté 2020 “Coeur Grenadine” le prouve une fois encore.

L’INTERVIEW

Question :  Pourquoi avoir choisi la lingerie ?
Réponse : J’ai choisi la lingerie plus que le vêtement parce que ça touchait vraiment au corps des femmes et à l’intime.

Question : Choisir de faire de la lingerie par rapport à ton intérêt du corps des femmes, est-ce aussi une façon de lutter contre le diktats des corps parfaits imposés par l’industrie de la mode ?
Réponse : L’idée de La Nouvelle est de se sentir libre dans son corps, fière de son corps et de ne pas tricher, de se sentir à l’aise et bien dans sa peau. C’est vraiment ce que je souhaite pour nos clientes. Se sentir à l’aise, se sentir sexy, se sentir libre dans ses mouvements c’est pour ça que le choix des matières est hyper important. Il faut que ça reste doux, confortable. Si on est bien dans sa peau et du coup dans sa lingerie, on reflète quelque chose de très libre et de très sexy.

"Coeur grenadine" collection Printemps-Ete 20

Question : Parle moi de ta collection SS20.
Réponse : La collection Printemps-Ete 2020 La Nouvelle s’appelle « Cœur Grenadine ». Tous les thèmes de La Nouvelle sont résolument rétros et font appel à nos souvenirs d’enfance et là je plonge nos aficinionados dans un été des années 90, dans l’été 91 et « Cœur Grenadine » c’est les parasols rayés, c’est le sable chaud, c’est l’été en Provence.

Question : Tes matières de prédilections, couleurs pour cette collection ?
Réponse : Pour cette nouvelle collection je voulais de la gaieté, je voulais des couleurs vives, je voulais de la douceur en même temps, il y a beaucoup de bleu roi, de jaune très vif citron, du rose fushia, rose grenadine, du vert menthe, du bleu ciel. Les matières j’utilise beaucoup de polyamide, élasthanne, ce sont des matières toujours très confortables et cette année on utilise pas mal de polyamide fait à partir de fibres recyclées.

Question : Donc un engagement éco-responsable ?
Réponse : Oui tout à fait.

Les nouveautés

Question : Une nouveauté ? Une nouvelle pièce par rapport à tes collections précédentes ?
Réponse : Les nouveautés on va avoir Anouck, c’est une petite brassière qui est toujours sans armatures mais avec une toute petite baleine sur le côté qui offre un peu de maintient sur les seins, qui est en bi-matière, toute douce, très fine, très raffinée avec les bretelles légèrement dorées qui est le signe distinctif de La Nouvelle.

On a aussi des body bi-matière « Gaby » avec cet imprimé en lurex « Purple Spring » qui est très joli, et après on a beaucoup de nouveaux maillots. Y’a « Lula » qui n’est pas vraiment nouveau car on l’avait déjà sorti cet hiver mais qui a une forme qui convient à toutes les morphologies, qui mets en valeur tous les différents types de morphologies. On a « Natasha » qui est mon petit chouchou, qui est complètement froncé sur le devant, qui est ultra chic et très facile à porter, qui aide à camoufler un petit peu et ça on n’est jamais contre, mais qui offre un très beau décolleté.

Il y a « Claude » qui est une petite brassière assez sport avec les bretelles un peu larges, et qui se mélange soit avec un shorty soit avec une culotte haute donc après ça c’est le principe de La Nouvelle. On travaille beaucoup en mix and match. Tu peux choisir ta forme de haut et ta forme de bas selon ta morphologie et selon les formes dans lesquelles tu te sens bien. Donc la par exemple on a « Claudia » c’est une petit culotte haute en éponge Blue Wave, ça c’est le bleu roi dont je vous parlais tout à l’heure qui monte bien au niveau du nombril mais qui est très échancrée sur la cuisse qui fait des longues jambes et une très joli silhouette. Du coup on peut mélanger le bleu avec les rayures et par exemple on pourrait aussi mélanger le bleu avec le « Terra Flowers ». Tout se mélange. Chaque cliente peut faire son match parfait.

la suite de l'interview ...

Un "tips" mode

Question : A quelle cible s’adresse ta lingerie ?
Réponse : Nous on la souhaiterait la plus large possible parce qu’on a envie de répondre à toutes les femmes mais je dirais que nos clientes ont entre 35 et 70 ans

Question : Un tips mode pour être stylée en été 2020 ?
Réponse : En été 2020 faut oser la gaieté, les couleurs flash. Par exemple dans la lingerie on a beaucoup de petites bretelles qui sont toujours en lurex mais de couleur hyper flashy. On a du vert pomme, du rose grenadine sur une peau dorée je pense que c’est l’accessoire de l’été.

Question : Une tenue de prédilection pour porter avec ta lingerie en été 2020 ?
Réponse : Elle se mélange vraiment avec tout, dessus-dessous. Ce qui est sympa par exemple avec le maillot « Lula » que je vous ai montré, on peut rentrer de la plage et mettre juste une jupe longue dessus et il est magnifique. Ou un petit short en jean il se porte comme un dessus. Après avec une blouse blanche juste le maillot dessous en transparence. On peut se faire plaisir en montrant sa lingerie. C’est le principe.

Question : Qu’est-ce que c’est qui t’a poussé vers une carrière artistique ?
Réponse : Il n’y a rien qui m’a vraiment poussé vers une carrière artistique, en fait je ne me suis jamais posée la question. C’était une évidence pour moi. Il n’y avait pas d’autre option.

Question : Est-ce que c’était aussi par rapport à ta capacité à savoir bien dessiner ?
Réponse : Oui et en plus je suis dans une famille avec beaucoup d’artistes. J’ai toujours été élevée là dedans. Pour moi ça a toujours été une passion. Et surtout un mode d’expression.

Une rencontre fondamentale

Question : Une ou des rencontres fondamentales dans ta vie professionnelle ? Qui et en quoi cette rencontre ou ces rencontres ont-elles été fondamentales ?
Réponse : Il y a d’abord eu Dominique Savard, directrice d’école qui m’a vraiment tirée pour que je bosse parce qu’à 20 ans c’était pas ma priorité non plus et qui a vraiment été un vrai pygmalion. J’étais à l’Atelier Chardon-Savard et j’ai eu vraiment de la chance car c’était un vrai cocon. On était vraiment entouré et je la remercie infiniment pour son enseignement.

Après j’ai pas mal travaillé toute seule et après j’ai rencontré Aurélie Grandemenge avec qui je me suis associée et qui du coup à donné une ampleur à ce que je faisais.

DOMINIQUE CHARDON SAVARD
ALIX ET AURÉLIE

Question : Pour parler d’Aurélie aujourd’hui qui s’occupe de la partie production et commerciale et toi de la partie artistique, est-ce qu’elle intervient dans tes créations ?
Réponse : Non pas au début, on travaille beaucoup en binome et on est chacune sur nos parties avec chacune un regard sur le travail de l’autre mais avec un regard qui va être en conseil. Aurélie forcément va me dire si je fais trop de modèles elle va intervenir pour avoir une vision plus réaliste des choses pour la production et la commercialisation et moi de mon côté je suis là quand elle en a besoin pour des conseils. Et puis on décide ensemble de là où on a envie d’aller avec La Nouvelle.

Question : Pour parler d’Aurélie qui s’occupe aujourd’hui de la partie production et commerciale et toi de la partie artistique, est-ce qu’elle intervient dans tes créations ?
Réponse : Non pas au début, on travaille beaucoup en binôme et on est chacune sur nos parties avec chacune un regard sur le travail de l’autre mais avec un regard qui va être en conseil. Aurélie forcément va me dire si je fais trop de modèles elle va intervenir pour avoir une vision plus réaliste des choses pour la production et la commercialisation et moi de mon côté je suis là quand elle en a besoin pour des conseils. Et puis on décide ensemble de là ou on a envie d’aller avec La Nouvelle.

Question : Tu me parles de muses ? Pourrais-tu me citer une ou 2 ?
Réponse : J’ai beaucoup de muses dans les années 70. C’est vrai que j’adore Marianne Faithfull, j’adore sa voix, j’adore sa bouille, Nico des Velvet Underground aussi, Jerry Hall beaucoup des ex de Mick Jagger. Il avait très bon goût ! Rock’ n Roll et très féminine aussi.

NICO

Tes inspirations ...

Question : Une musique qui t’inspire pour créer ? Pour dessiner ? Pour lancer une nouvelle collection ?
Réponse : Cela va dépendre des saisons. Je suis assez monomaniaque sur des chansons par moment ! Je peux les écouter en boucle au moins 12 fois d’affilée ça ne me dérange pas mais en inspiration j’aime bien tout ce qui est folk, j’adore Léonard Cohen, ça peut être Kate Power, Jane Birkin. En ce moment j’aime beaucoup Chaton que je vous conseille d’écouter et que j’ai beaucoup écouté pendant cette collection, diverses et variées, j’ai des goûts musicaux très hétéroclite, je peux passer du gros rap à la ballade folk. Ca va dépendre de l’humeur.

Question : Une œuvre d’art qui te touche ? Peinture ? Sculpture ? Photo ?
Réponse : Je dirais les illustrations d’Egon Schiele, pour le traitement de sa couleur, son trait, qui me touche énormément et en photo j’aime beaucoup le travail d’Alice Springs qui rends hommage à la femme.

PHOTO ALICE SPRINGS
EGON SCHIELE

Question : Un (une) styliste ? Une marque ?
Réponse : Je suis complètement fan de Gucci.

Question : Gucci de Tom Ford ?
Réponse : Non d’Alessandro Michele. J’adore son univers complètement baroque, gothique, c’est hyper frais. Ca fait du bien

GUCCI par ALESSANDRO MICHELE PHOTO VOGUE

Question : Est-ce que aujourd’hui puisque c’est une thématique très abordée, est-ce que c’est un problème d’être une femme et une chef d’entreprise ?
Réponse : Je ne trouve pas que cela soit un problème d’être une femme et une chef d’entreprise et parfois stigmatiser les femmes par rapport à ce qu’elles font je pense que la femme peut faire comme l’homme et qu’on a pas besoin d’être mise en avant parce qu’on fait la même chose que l’homme. Après il y a plein de choses à prendre en compte la vie quotidienne, les enfants, le travail mais je troue qu’à l’heure actuelle o partage pas mal avec les hommes et c’est de mieux en mieux .

Merci infiniment à Alix et Aurélie pour leur accueil et ce petit apéro post-interview !
Merci également à Fabien Alberto pour la réalisation et le montage.
Merci également à Samir Boukhizou pour ta précieuse aide sur le montage également et sur des questions techniques de super geek 🙂
Merci à Cyrille “Real C” N’Guyen pour ce morceau de musique qui est une grosse tuerie. One love !

Retrouvez toutes les créations de La Nouvelle sur le site.

1 Comment(s)

  1. Briantit
    6 avril 2020

    Love the website– extremely user pleasant and lots to see!

Write a comment